Premières Visites du Nouveau Musée d’Histoire & Culture Afro-Américaine

Ça y est! Le tout nouveau Musée National de l’Histoire et de la Culture Afro-Américaine (l’acronyme c’est NMAAHC en anglais) a ouvert ses portes au public samedi dernier à Washington. Et il les a ouvertes en grande pompe et circonstance,  avec l’ancien président George W. Bush, Barack et Michelle Obama, Oprah Winfrey et plein d’autres célébrités ainsi que deux jours de fête et de concerts sur le National Mall.
National Museum of African American History and Culture L’inauguration du NMAAHC c’est l’événement culturel de l’année ici… les billets d’entrée (qui sont gratuits d’ailleurs, comme ceux pour tous les musées nationaux gérés par l’Institution Smithsonian) se sont arrachés comme des petits pains en ligne. Il faut maintenant quasiment attendre jusqu’à janvier pour avoir des places. Heureusement, je m’y suis prise à l’avance et du coup j’en suis déjà à ma deuxième visite 😉 J’ai eu la chance de pouvoir le visiter juste avant son ouverture officielle, trois jours après l’inauguration et j’y retourne mi-octobre…. Un peu beaucoup? Non. Il y a plus 33 000 objets a découvrir sur presque 40 000 mètres carrés, donc je pense que j’aurais même besoin d’y retourner l’année prochaine, surtout que je n’ai pas du tout étudié l’histoire américaine  à l’école, donc j’apprends plein de chose à chaque fois!

En gros, le Musée National de l’Histoire et de la Culture Afro-Américaine propose un veritable voyage dans l’histoire des Etats Unis comme l’ont vécus les afro-américains. La visite s’organise chronologiquement au début et commence tout en bas, au troisième sous-sol du musée. C’est symbolique, bien sûr. Dans ces premières salles on revoit les épisodes les plus sombres de l’histoire Américaine: l’esclavage et la ségrégation… Cette partie m’a rappelé le Musée de l’Holocauste, qui est tout près d’ailleurs. On y voit des cartes retraçant le commerce des esclaves, des chaînes (dont des toutes petites pour enfants), des notes de vente et une cabane d’esclaves provenant d’une ancienne plantation de Caroline du Sud.
unnamed-27National Museum African American History and Culture

Un grand mur m’a fait particulièrement réfléchir: celui du paradoxe de la liberté. Derrière une statue de Thomas Jefferson on peut lire les noms de tous les esclaves dont il était “propriétaire…” lui, l’auteur principal de la Déclaration d’Independence qui décrit que tous les hommes sont nés égaux et sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Progressivement, on arrive à l’époque de la ségrégation et à la lutte pour les droits civiques. Là, il n’est pas rare d’entendre quelques personnes un peu plus âgés raconter leur propre experience pendant cette période et c’est extrêmement émouvant quand ils sont là en famille, avec leur enfants et leurs petits enfants, de les voir partager ces souvenirs difficiles qu’ils ont vécus personnellement. Cette scène de parents qui expliquent ce lourd contexte à leurs enfant se répète à travers le musée. Certains sont si jeunes qu’ils n’ont jamais connu d’autre président que Barack Obama, dont l’élection conclue d’ailleurs cette partie du musée. On sort enfin des épisodes les plus sombres de l’histoire américaine pour arriver aux plus glorieux.

Tuskegee Airmen Trainer Plane at the NMAAHC

Les étages supérieurs redonnent leur place aux contributions des Afro-Américains dans l’histoire militaire, le sport, les arts et la culture. Les thèmes précédents ne sont pas oubliés… la ségrégation et la lutte pour les droits civiques y sont encore mais on y célèbre surtout la réussite, les victoires, les premières historiques que ce soit celle de Josephine Baker, Alvin Alley, Spike Lee, Mohamed Ali ou des soeurs Williams. Et oui, d’Oprah Winfrey aussi… elle a donné plus de 20 millions au musée donc elle est un peu partout 😉

Oprah Winfrey's studio at NMAAHC A statue of the 1968 Olympics black power salute at NMAAHC

En dehors des expositions, il y a trois endroits que j’ai beaucoup aimé dans le musée. Le premier c’est une petite fenêtre cachée dans la section histoire militaire au troisième étage. Quelle vue! Attention, pour prendre la photo comme moi, il faut s’allonger par terre, sinon on coupe le haut du Washington Monument… 

The view from the 3rd floor of NMAAHC

Ensuite, c’est la cafétéria au premier sous sol, qui est en elle même un exposition à part entière puisque le menu retrace les contributions culinaires afro-américaine à la cuisine du pays. Enfin, un bon resto sur le mall 😉

Pulled Pork BBQ Sandwich from sweet Home Cafe at NMAAHC

Le dernier endroit est un pièce dédiée à la contemplation, un endroit calme (assez dur à trouver d’ailleurs!) où on peut s’assoir et, bercé par le murmure d’une fontaine qui tombe du plafond, réfléchir un peu à tout ce que l’on vient de voir, au poids de l’histoire, à la situation actuelle qui est loin d’être idéale en ce moment. Bonus: ça fait une belle photo instagram aussi! 

Contemplation room at NMAAHC

Le musée est déjà un énorme succès avec plus de 28,000 visiteurs en quelques jours… Si vous ne vous êtes pas pris comme moi au mois d’août pour réserver vos places gratuites, il faudra vous armer d’un peu de patience… et d’un bon réveil. Tous les matins, des places seront mises à la disposition du public à 9:15. Une fois toutes distribuées, il vous faudra revenir le lendemain. Donc surtout là au début je conseillerai d’y aller assez tôt! Sinon, les reservations pour janvier-fevrier s’ouvriront le lundi 3 octobre à 9 heures du matin. Après vous pouvez aussi juste apprécier l’architecture extérieur du musée, il est superbe aussi… mais bon, si vous pouvez visiter, c’est mieux tout de même! 

Questions/Réponses avec Elodie & Laëtitia de Français aux USA

Depuis quelques mois je participe à un super groupe de blogueurs/blogueuses francophones sur facebook, organisé par la fabuleuse Estelle Tracy. J’étais un peu en manque d’inspiration pour mon blog et ce groupe m’a complètement re-motivée et aidée à me lancer dans les billets en français. Et en plus je suis maintenant connectée à pleins d’autres expats un peu partout dans le monde dont Laëtitia (et oui, c’est un nom très commun dans mon groupe d’âge… merci Gainsbourg! Quoique moi j’ai pas les trémas… ) et Elodie, deux expats derrière un compte instagram que j’adore: les « Français aux USA». Quand on aime, on partage! Elodie et Laëtitia ont gentiment accepter de répondre un quelques questions pour vous présenter leur projet instagram. 

Laetitia de French Fries and Apple PiesElodie de Further West

Commençons par quelques présentations… Laëtitia, à gauche, est originaire de Grenoble, habite Portland dans l’Oregon depuis 2013 et tient le blog « French Fries and Apple Pie. » Elodie  quand à elle est de Caen en Normandie, vie à Los Angeles, aussi depuis 2013 et son blog perso c’est « Further-West. »  Elles ne se connaissent en fait pas, du moins pas en personne, même si elles collaborent maintenant sur plusieurs comptes instagram. Leur « amitié virtuelle, » comme la décrit Elodie, a commencé à travers leurs blogs avant d’évoluer et j’espère qu’elles auront l’occasion de se rencontrer bientôt! En attendant, en voici un peu plus sur Les Français au… 

 

J’utilise le hashtag #FrancaisauxUSA maintenant pour quasiment toutes les photos que je prends ici… Comment est née l’idée pour ce compte ?

Laëtitia ~ Je suis passionnée de photos et adore m’évader sur instagram. Je suis beaucoup de comptes très différents notamment beaucoup d’expatrié(e)s aux Etats Unis qui me faisait découvrir de chouettes endroits aux quatre coins du pays. J’ai eu l’idée de créer cette communauté pour rassembler toutes ces photos, prises par nous, Français aux USA, sur un seul et même compte. Le but était vraiment de proposer quelque chose qui présenterait les States d’Est en Ouest, du Nord au Sud et potentiellement d’inspirer à découvrir certains coins de cet énorme pays ! Au début, je l’animais seule, mais j’avais un nourrisson et donc moins de temps pour gérer le compte. J’ai pensé qu’avoir de l’aide et un autre point de vue aussi serait super bénéfique et Elodie est la première personne à laquelle j’ai eu envie de proposer de rejoindre cette aventure instagram.

Elodie ~ Quand Laëtitia m’a proposé de modérer avec elle le compte Francais aux USA, je n’ai pas hésité une seule seconde, j’ai toujours aimé le concept, j’ai donc été très heureuse qu’elle me propose d’en faire partie !

unnamed-8

 

Le compte se décrit simplement: « Les USA vus par les Français. » Au départ, est-ce que vous envisagiez plutôt un compte d’expats ? De touristes ? Un mix des deux ? Inspiration voyage ou regard sur la vie aux Etats Unis ? 

Laëtitia ~ Le hashtag #francaisauxUSA est ouvert à tous les français qui se trouve aux Etats Unis, qu’ils y résident ou qu’ils soient de passage. Par la force des choses le hashtag est plus fréquemment utilisé par des expats que par des touristes.

Elodie ~ C’est vrai que de temps en temps on publie une photo nourriture, mais on se concentre particulièrement sur les paysages de rêves que les Etats-Unis offrent. On espère vraiment donner l’envie de voyager, mais comme ce n’est pas toujours possible ( les vacances aux US ont un prix ), on souhaite offrir la possibilité à nos followers de s’évader le temps d’une photo. On envisage vraiment le compte comme une inspiration au voyage plutôt que tranche de vie lifestyle USA. 

Un peu sur le même sujet, comment choisissez vous les photos que vous regrammez ? Est-ce qu’il y une stratégie genre géographique ou c’est juste une ou deux photos qui vous plaisent ce jour-là ?

Laëtitia ~ On essaie de publier 2 à 3 photos par jour et oui, on essaie de varier les sources et les localisations géographiques au fil de la journée. Ce n’est pas une règle stricte mais c’est naturellement quelque chose que l’on fait. Bon d’ailleurs, je lance un appel parce qu’il y a des régions totalement « délaissées » pour lesquelles nous n’avons reçu aucune photo 😉 La partie centrale des US notamment. On est convaincue qu’il y a de magnifiques endroits à découvrir dans le Nebraska, l’Ohio, le Kentucky et tous les autres …

unnamed-2

unnamed-7unnamed-3

Elodie ~ Effectivement, beaucoup de régions des USA sont encore peu, voir pas du tout, partagées et c’est dommage. Ce ne sont pas forcément des destinations très touristiques, et nous n’avons pas encore fait « la connaissance » d’expats dans ces Etats. Pour le moment, le partage de photos reste principalement concentré sur les côtes Est et Ouest, en plus d’Etat comme le Texas, le Kansas…

 

« Français aux USA » a commencé aux Etats Unis, mais maintenant il y a d’autres comptes, notamment au Canada. Je m’étais bien amusé à tagger #FrancaisauCanada pendant mon séjour à Montréal en juillet…. Pour l’instant, c’est très Anglophone avec d’autres comptes pour l’Australie et en Angleterre… est-ce qu’il y a d’autres projets d’expansion?

Les Francais sur Instagram

Laëtitia ~ Nous avons récemment agrandie la communauté à trois nouveaux pays. Je me suis réveillée un matin et me suis dit que finalement il y avait des français un peu partout dans le monde, et du coup pourquoi pas lancer le concept sur d’autres pays. J’ai pensé au Canada en premier ( proximité oblige ) et j’en ai parlé tout de suite à Elodie. En une demi-heure on avait décidé de se lancer dans 3 nouveaux pays ( Canada, Australie et Angleterre ), de créer des nouveaux logos, de créer le compte Facebook Français Autour du Monde pour y rassembler les photos qu’on partagerait sur les différents comptes IG… bref on était hyper enthousiaste toutes les deux. Le 12 juillet on a annoncé la création des autres communautés, on a recruté des modératrices et c’était partie !

unnamed-6unnamed

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ce qui est des prochaines étapes, rien de très précis pour l’instant, si ce n’est continuer de faire grandir les comptes déjà existants et être plus assidues sur Facebook. L’idée d’avoir une présence « mondiale » est un projet qui séduit forcement… A suivre prochainement !!

Elodie ~ Je me souviens encore très bien de cet échange. Très vite, j’ai proposé le compte Français en Angleterre ( pays que j’affectionne particulièrement ). Ces nouveaux comptes sont encore petits, c’est pas facile de se faire une place sur Instagram et le compte Facebook est encore tout neuf… Cela va venir petit à petit, il suffit de mettre tout en place ! Pour ma part, j’aimerais beaucoup ajouter des pays nordiques : Suède, Finlande, Norvège. Il y a tellement de destinations qui font rêver ! 

X   X   X   X   X

Donc, Français Françaises, en gros, où que vous soyez en vacances ou en permanence, commencez à utiliser le hashtag #francaisaXXXX ou #FrancaisauXXXX! En temps qu’expat, j’adore vraiment observer le monde à travers notre point de vu bien Frenchies… et puis ça me fait plaisir de voir qu’on s’exporte bien et qu’on bouge aussi! Un grand merci à Elodie et Laetitia pour avoir répondu a mes questions! N’hésitez pas à suivre leurs blogs et leur comptes instagram aussi (ici pour Laëtitia, là pour Elodie) et bien sûr le compte Français aux USA. Et pis, si vous êtes dans les états-qu’on-survole (les “Fly-Over states” comme on les appelle ici) taguez!! On veut voir du Kentucky, de l’Iowa et tout ça 😉 

Christine & The Queens au Festival All Things Go Fall Classic

Vous êtes allés voir Christine And the Queens quand elle est passée au 9:30 Club un peu plus tôt dans l’année? Moi j’ai pas pu, donc je suis bien contente qu’elle revienne nous voir à l’occasion d’une petite tournée Nord Américaine. Elle sera au All Things Go Fall Classic Music Festival à Yards Park le Samedi 8 Octobre. On a pas beaucoup de festival de musique comme ça à Washington et j’aime bien voir sa progression depuis ces débuts au Dock 5 derriere Union Market en 2014… et le fait bien sur qu’il y a une super artiste française dans le line-up!! 

All Things Go Classic

La tête d’affiche cette année c’est les Australiens de Empire of the Sun (leurs vidéos sont toujours superbes, comme la pour Alive, donc j’imagine le show qu’ils doivent produire pour leurs concerts!), Passion Pit, Sylvan Esso et d’autres dont bien sur notre Christine nationale. Mais le top avec le festival c’est qu’il marrie musique et bouffe. En plus des artistes, le site de revues de restos The Infatuation a sélectionné des vendeurs comme Buredo, Takorean, Milk Cut ou Beefsteak pour s’assurer que les festivaliers ne meurent pas de faim. C’est bien gentil de leur part 😉

Christine and the Queens at the 9:30 Club in May 2016 - Photo by Francois Boo

Christine and the Queens at the 9:30 Club in May 2016 – Photo by François Boo

Si ça vous intéresse d’y aller, vous pouvez trouver plus d’info sur le site du festival ici et utiliser le code FrenchTwist pour recevoir 10% de reduction sur les billets que vous achetez!

Aux Etats Unis, en Septembre c’est Football

Ça y est, c’est reparti pour une autre saison de football américain! Même s’il fait encore plus de trente degrés ici, c’est l’automne et l’automne on football (et on citrouille aussi, mais ça c’est un autre sujet!!) La saison est assez courte (pas comme celle de baseball qui dure des mois!) mais très intense parce qu’en plus du football professionnel (les équipes de la NFL, comme les Redskins de Washington, ou les Dolphins à Miami) il y a aussi les équipes des universités… Les matchs pros c’est plutôt le dimanche que ça se joue, mais il y a aussi des matchs le jeudi soir et parfois le lundi. Les rencontres inter-universitaires c’est le samedi, donc en gros, de septembre à décembre il n’y a que du foot à la télé et dans les bars (et dans les ordis, parce qu’en plus il y aussi les leagues de football imaginaires!)  

Une partie des Packers, l'equipe de Green Bay dans le Wisconsin, prise par mon ami Christophe Remington

Une partie des Packers de Green Bay dans le Wisconsin, prise par Christophe Remington

Le football américain c’est sacré aux Etats Unis. C’est LE sport que l’on regarde grandissant avec ses parents, auquel les garçons jouent souvent dans les leagues pee-wee, et quand ils sont au collège et au lycée – et que les filles soutiennent avec leurs pompoms. Une fois à la fac, on soutient son école avec un brin de fierté et des grandes rivalités. En fait, il n’est pas rare d’être attaché à plusieurs équipes. Mon mari, par exemple, suit un peu les Tigers de la Louisiana State University (il est de Baton Rouge) et un peu plus les Fighting Irish de l’Université de Notre Dame. Et bien sûr, il suit l’équipe professionnelle de la Nouvelle Orleans, les Saints. Les Redskins il ne s’y est jamais trop mis, même s’il habite ici depuis un bout de temps… ce qui arrive beaucoup en fait à Washington. Comme tout le monde vient des quatre coins du pays, on a tendance à garder des attaches locales pour le sport. Certains bars se désignent comme quartier général pour les fans de telle ou telle équipe et le football crée de véritables réseaux sociaux de cette manière, avec des anciens élèves de la même fac qui se retrouvent tous les samedis, ou des transplantés d’une certaine ville ou region qui se regroupent entre eux pour soutenir les footballeurs de chez eux! Un peu comme nous quand on mate les matches des Bleus ensemble pendant l’euro ou la coupe du monde, mais bon, nous c’est juste quelques rencontres tous les deux ans  😉 

Le stade de foot de l'universite du Wisconsin - photo de Christophe Remington

Le stade de football de l’Université du Wisconsin – photo de Christophe Remington

Donc nous à Washington, notre équipe professionnelle locale c’est les Redskins. En ce moment c’est un peu la controverse sur leur nom (même Le Monde en a parlé!) et je crois qu’ils sont pas très bons… mais quand j’ai débarqué ici, j’ai voulu bien sûr faire l’experience d’un match. Comme il y a très peu de rencontres en fait (16 matchs par team par saison, dont seulement la moitié se passe à domicile) et une grosse demande pour les billets, les places sont assez chères. Mais bon, la partie dure plus de trois heures donc au moins t’en as pour ton argent!

Avec mon amie de fac Vlasta pour mon premier match de football americain a FedEx Field

Avec mon amie de fac Vlasta pour mon premier match de football américain à FedEx Field

Avec mon Americain, a un match des Bucaneers a Tampa

Avec mon Américain à un match à domicile des Bucaneers de Tampa

On ne se refuse rien: bateau pirate dans les stade!

On ne se refuse rien: bateau pirate dans le stade des Bucaneers à Tampa!

Malgré son nom, le football Américain est plus proche du rugby en fait que de notre foot à nous. Ça se joue avec les mains et pas les pieds. Le nom de “foot” vient de la taille du ballon un peu oval utilisé pour les matches et qui mesure exactement un pied de long. Les règles, j’y comprends toujours pas grand chose… et pour être honnête je fais pas trop d’effort pour suivre. C’est un jeu de gagne terrain. L’équipe qui attaque doit amener le ballon dans la end-zone de l’équipe adverse pour marquer un touchdown qui vaut 6 points. L’équipe qui défend doit faire son maximum pour empêcher la progression de l’équipe attaquante et cela en faisant le moins de fautes possible. Après ça devient un peu plus compliqué 😉 Chaque équipe compte jusqu’à 53 joueurs, dont 11 sont sur le terrain à la fois. Chaque joueur a sa spécialité (mon mari quand il y jouait était line backer) et le nombre de remplacement est illimité. Techniquement parlant, le match ne dure que 60 minutes (4 quart de temps de 15 minutes) mais la partie semble durer une éternité (souvent plus de trois heures) parce qu’il y a énormément de temps d’arrêt, ce qui permet plein de pubs à la télé et est une bonne occasion pour les américains qui regardent le match, que ce soit dans les tribunes, à la maison ou dans un bar, de passer du bon temps en famille ou entres amis, à papoter, grignoter et bien sur boire plein de bières. Parlons-en de la bière justement… pour beaucoup la partie commence bien avant le coup d’envoie, lors de grands rassemblements festifs, souvent sur le parking au dehors du stade.

Un apercu d'un tailgating, pris en photo par Christophe Remington avant un match dans le Wisconsin

Tailgating a Lambeau Field – photo de Christophe Remington avant un match des Packers

Le rituel du tailgating est parfois même plus prisé par les supporters que le match… comme la bière coûte souvent une fortune à l’intérieur des stades (genre $9 pour une bud-light dégueulasse) on en profite pour se bourrer un petit peu, on improvise des barbecues avec hot-dogs et hamburgers, le tout dans une ambiance conviviale et bonne enfant, comme les Américains savent si bien le faire! Contrairement à une avant-match de foot chez nous il n’y a aucune animosité entre les fans des équipes adversaires. Moi mon conseil, ce serait presque que sauter le match et de participer juste au tailgating avant 😉 Mais bon, assister à un match de football Américain c’est une experience culturelle à faire au moins une fois! D’ailleurs, moi, j’ai fais que deux rencontres d’équipes pros et ça me dirait bien d’essayer un match universitaire. Bon, comme l’équipe de George Washington University où j’ai fait mon master est pas top du tout, j’irais peut être plutôt voir les Terps de l’Université du Maryland… Y’a des partants pour venir avec moi? 

 


Los Angeles en 10 Photos

J’ai rarement l’occasion de visiter la côte ouest. La Californie, mine de rien, c’est quand même à six heures d’avion de Washington (DC! mais c’est quand même quatre heure de vol de l’état de Washington aussi) donc c’est pas comme si on peut y aller juste pour un petit weekend…  Mais comme j’étais à Anaheim pas loin pour une conference au travail, j’en ai profité pour rentabiliser le billet (surtout qu’il était payé par ma boite!) et je suis restée quelques jours de plus sur Los Angeles, histoire de redécouvrir un peu la deuxième plus grande ville des Etats Unis. 

Voici un petit aperçu de mon séjour à Los Angeles en 10 photos. Pas mal on été prises à Venice Beach comme c’est là que j’avais loué un AirBnB (que je recommande fort d’ailleurs pour ceux qui passeraient à Los Angeles!) Sinon, comme ce n’était quand même pas mon premier voyage là bas, j’ai évité les gros lieux touristiques et j’ai préféré explorer un peu des nouveaux quartiers comme Echo Park et Silver Lake ainsi que revoir le Hollywood sign, mais d’un angle un peu different cette fois 😉 Je vous laisse voir:

Palm Trees in Los Angeles

Le gros cliché de Los Angeles: les palmiers partout, à perte de vue, sur la plage, dans la ville. Ils font rêver et on ne s’en lasse pas!

 

Les surfeurs adorent et moi aussi! Un bol de sashimi hawaïen de Poke-Poke, dégusté sur la plage de Venice Beach pour un diner healthy et léger, et pas cher en plus.

Toujours à Venice, la célèbre Muscle beach, la plage du bodybuilding avec ses salles de musculations en plein air.

Toujours à Venice, la célèbre Muscle beach, la plage du bodybuilding avec ses salles de musculations en plein air.

Il n'y a pas que la plage à Venice Beach, y'a aussi le quartier historique des Canaux de Venice qui était tout près de mon AirBnB.

Il n’y a pas que la plage à Venice Beach, y’a aussi le quartier historique des Canaux de Venice qui était tout près de mon AirBnB.

Hiking to the Hollywood sign in Los Angeles

C’est LE symbole de Los Angeles et la meilleure façon de le voir de près, c’est a la fin d’une randonnée dans les collines d’Hollywood.

Trouvaille colorée au détour des rues du quartier branché de Silver Lake, à l’Est de Downtown

On reste dans le sport avec cet escalier, une trouvaille colorée au détour des rues du quartier branché de Silver Lake, à l’Est de Downtown. 

 

Decouverte pour moi lors de ce voyage: la quartier de Echo Park avec ces collines couvertes de petites maisons colorées et son superbe park, avec une vue imprenable sur downtown.

Découverte pour moi lors de ce voyage: la quartier de Echo Park avec ces collines remplies de petites maisons colorées et son superbe park, avec une vue imprenable sur downtown.

Autre découverte, celle du nouveau musée d'art contemporain du Broad. Il a ouvert ces portes fin 2015 et rengorge d'œuvres de Koons, Hirst, Basquiat, Mapplethorpe et Braque. Bonus: il est gratuit!

Autre découverte, celle du nouveau musée d’art contemporain du Broad. Il a ouvert ces portes fin 2015 et rengorge d’œuvres de Koons, Hirst, Basquiat, Mapplethorpe et Braque. Bonus: il est gratuit!

Un de mes buts pendant mon sejour a Los Angeles: ne jamais depenser plus de $20 par repas. Mission accomplie avec ces ramens a Tsujita LA Artisan Noodle.

Un de mes buts pendant mon séjour à Los Angeles: ne jamais dépenser plus de $20 par repas. Mission accomplie avec ces ramens à Tsujita LA Artisan Noodle.

Les 5 Produits Français que j’Achète à World Market

Vous connaissez World Market? J’adore!! C’est une chaine de magasins ici où l’on trouve un peu de tout que ce soit pour le décor, les meubles, mais aussi des bijoux et de la nourritures venus ou inspirés des quatres coins du monde. Le mien est un peu plus petit, on n’y trouve pas de produits alcoolisés (certains ont un super choix de vins et de bière) ni de meubles, vaisselles etc. En fait, c’est juste un petit rayon dans mon Bed Bath & Beyond local près du Verizon Center. Mais c’est le rayon le plus important! Celui de l’alimentation 😉 Voici quelques uns de mes produits français préférés que j’achète à World Market

LE SEL DE GUERANDE

Fleur de sel de guerandeGros sel de guerande

Le sel de Guérande est un sel de mer naturel et artisanal récolté à la main par les paludiers dans les marais salants de la Loire Atlantique. Je le trouve version fleur de sel ($6.99) et gros sel aussi ($4.99) à mon World Market

LE SUCRE DE CANE LA PERRUCHE

Sucre de canne la perruche

Je ne trouve pas encore de cassonade à mon World Market, hélas, mais bon, le sucre roux, ambré en cube comme ca c’est un bon début et à $5.99 c’est pas encore trop cher et ça fait bien plaisir dans mon nespresso du matin! 

LA MOUTARDE MAILLE

Moutarde a l'ancienne et moutarde originale Maille

Il n’y a que Maille qui m’aille et si mon supermarché local a fait de bon progrès (j’y trouve maintenant de la moutarde Maille a l’ancienne) elle coute toujours un peu chère.  Alors en attendant que Maille ouvre sa boutique sur Washington (c’est dans les projets de la marque apparement) je rempli mon cadis à World Market!  

LES CORNICHONS

Cornichons

C’est pas facile de trouver des bons cornichons français, pas les gros pickles comme ils font aux Etats Unis (et que je trouve très bons aussi, mais c’est pas la même chose). J’adore particulièrement les extra fins Domaine des Vignes ($3.99) que je trouve à World Market

LES PETITES DOUCEURS

Quelques petits produits que j’adore: les mini-pots de confitures Bonne Maman (toujours pratique quand on a des invité pour le brunch), le Nutella version sample que j’ai quasiment toujours dans mon sac à main (je l’appelle mon Nutella d’urgence, on ne sait jamais quand on en aura besoin!) et les Kinder. Oui, je sais, ni le Nutella ni les Kinders ne sont français, mais on en consomme tellement chez nous que c’est un peu comme… Dommage par contre, on trouve toujours pas d’oeufs Kinder Surprise ici 😦

KinderEmergency Nutella

Mini-confiture bonne maman

BONUS: QUELQUES PRODUITS D’AFRIQUE DU NORD

Du côté de chez ma grand-mère maternelle on est du Maroc (de Casablanca) et le couscous est mon plat français préféré (et je suis pas seule d’après ce sondage.) Alors quand je trouve de l’harissa, du ras el hanout et de la semoule, je saute dessus!  

Harissa from World Market

Semoule pour le couscous

Ras el Hanout spices from world market

 

Vous avez trouvé d’autres bons produits français à World Market ou ailleurs? Je sais qu’on trouve de tout si on bien y mettre le prix (par example à Dean et Delucca, nous on en a un a Georgetown) mais l’avantage de World Market c’est que c’est très abordable! Quels sont le produits qui vous manquent le plus? N’hésitez pas a partager vos tuyaux alimentaires dans les commentaires! 

 

Le Monde calls DC the “new empire of cool”

Every year, some 1.6 million French tourists visit the United States. Most start in New York and visit Los Angeles, Las Vegas and the Grand Canyon. Some may venture out to Florida, especially if they have kids, New Orleans, Boston and Philadelphia. Washington, DC doesn’t get a ton of love though that might all change thanks to a recent article in Le Monde, one of France’s leading newspaper. The article, published in the travel section of M Le Mag, gushes over the District, going as far as labeling it the “new empire of cool.” 

Le Monde appelle Washington, DC le nouvel empire du cool

So what makes DC so cool now? In a nutshell: a restaurant scene worthy of getting its own Michelin guide, gentrification and the Obamas. “With its institutional, even boring, reputation, the U.S. Capital is changing gear” begins the article, “and dreams itself a rival to New York City thanks to new gastronomic restaurants and gentrified neighbourhoods.” Yep, even in French articles we have to reminded that we are not New York (though obviously we want to be right?) and there are references to the city throughout the article. The decor at Maketto, for example, reminds you of a New York loft. the upcoming hotel The Line is “signed by the Sydell Group — who, in 2012, woke up a few blocs of Manhattan by opening the NoMad Hotel.” Forbes naming D.C. “the second coolest city in the US” in 2014 means we’re “taking our revenge on our exuberant neighbour New York.” Nevermind that we’re really not as obsessed with New York as everyone seems to want us to be… or that Forbes actually ranked us in the top spot on that list, not runner up 😉 

In addition to New York City, the author name drops Barrack and Michelle Obama quite a bit too. Rose’s Luxury? It’s where Barrack Obama celebrated his 54th birthday last year! Maketto is a big hang out for “local hipsters, as well as the First Lady.” And Michael Schaeffer, editor of the Washingtonian is quoted saying that «the Obamas have undeniably contributed to the changing perception of the city, more cosmopolitan, more creative. Especially since they frequent local businesses and restaurants instead of staying enclosed in the White House.” I guess on that last note he does have a point… 

Rose's Luxury's Pork Lychee Salad

The outdoor courtyard and deck at Maketto

OK, so I moved from Paris to Washington, DC 13 years ago and yes, I’ve definitely enjoyed the way the district has evolved since. I don’t know that I’d call it the new “empire of cool” though. What’s interesting is that the article, which appeared in the newspaper’s travel section, brushes aside all of the city’s museums, sights and other historical attractions to focus pretty much exclusively on our shopping and dining scene. Sorry National Mall 😉 So who got singled out by the article? 

union market

Rose’s Luxury gets an early mention, of course, and the author also spends a considerable amount of ink on H Street NE further north and Erik Bruner Yang’s Maketto (“an on-point men’s fashion boutique, trendy coffee shop and Asian restaurant frequented by locals hipsters as well as the First Lady“), cocktail bar Church and State and local vintage boutique Nomad Yard may see an influx of French tourists following glowing mentions. The article highlights the current duality found in many DC neighbourhoods today, with family owned African American businesses cohabiting with a new generation of businesses. That, the author argues, is fully on display near Union Market, as well as Shaw or U Street. In the neighbourhood “once known as Black Broadway … people now go buy pillows at Salt & Sundry or eat at Le Diplomate, an Americanized version of a French bistro.”  The author’s words, not mine, though she definitely sums up perfectly how French expats here feel about the 14th street restaurant. Further up, Adams Morgan get a mention with the Line Hotel as well as its walls “dressed by colourful murals from (street) artist Aniekan.” SO glad he gets a mention!! 

D.C. mural artist Aniekan Udofia was commissioned by American Express to paint this mural in Adams Morgan

D.C. mural artist Aniekan Udofia was commissioned to paint this mural in Adams Morgan

So, DC… new empire of cool? That might be a bit much but I love that the article highlights parts of the city that may not usually get a love of love in travel guides or articles. There is more to DC than the mall and Georgetown (Hu’s Wear does get a mention as a good place to go shopping.) It’s nice to see that come through for once in a travel article. And if I start hearing people people speaking French next time I’m dining at the Dabney, I’ll know why 😉

If you can read French, here is a link to the full article in Le Monde’s M Le Mag. 

 

 

 

Watch La Famille Belier at l’Alliance Francaise

Grab some tissues and head to l’Alliance Francaise on April 1 to catch a screening of La Famille Belier. The feel good film was quite a hit in France in 2014, but it didn’t really come out in the United States 😦 I got to watch during my Air France flight back to Washington, DC last August and while the film is technically a comedy I found myself practically bawling in my crammed middle seat during the final scenes. Here’s the trailer with English subtitles:

La Famille Belier is a coming of age tale about Paula, a musically gifted teenager who has to come to terms with allowing her voice to be heard. The reason it’s so difficult for her is that both her parents and brother are deaf. Finding her voice and letting go is particularly difficult for Paula who knows her parents are dependent on her to speak and hear on their behalf in their every day life. But it’s also difficult for her parents and I challenge you to keep your eyes dry by the time Paula, played delicately by Louane Emera, sings about flying away. That’s when you’ll need your tissues…. And speaking of Louane and tissues, I also challenge you not to be moved by her sweet blind audition from season 2 of The Voice (yep, France has it own version of singing competition too!) 

You can catch La Famille Belier, in French with English subtitles at l’Alliance Francaise on April 1.

Francophonie Festival, 2015 Edition

The largest celebration of French culture and language in the world—the Francophonie Cultural Festival—is returning to the US capital March 5 to April 1, 2015. Organized by the D.C. Francophonie Committee in association with l’Alliance Française and Smithsonian Associates, the festival engages over 40 embassies for a month of cultural events ranging from lectures to concerts and movie screenings, culminating as usual with la Grande Fête de la Francophonie, a huge foodie bash at la Maison Française at the French Embassy.

What I’ve loved about the partnership with Smithsonian Associates this year is how active Smithsonian at 8 (the 21+  after-hours event planning art of the Smithsonian) has been about shinning a light on all the different countries that belong to the francophone world. Check out their facebook page, for example. Over the past few years, they’ve posted a recipe for Belgian waffles and the essentials of Senegalese cuisine, highlighted 10 of the most confusing words in the French language, gave us a crash course of playing the African drums and got me dreaming of jetting off to Guinea!

unnamed-5

unnamed-2

Of course, Smithsonian at 8 has also been promoting the Grande Fête which will cap off the festival on March 27, 2015, and doing a Caption That contest to help you win free tickets. I’ve been to the Grande Fête many times, and here are a few tips to enjoy the party at the French Embassy:

  • la grande fete de la francophonieBuy your tickets early. The event will sell out, it always does.
  • Get to the party early. Even though the Grande Fête takes place on the expansive grounds of La Maison Francaise at the French Embassy, it gets very crowded, very fast. If you’re attending with a large group of people, agree on a meeting point because you’ll probably loose each other.
  • Don’t bring a big bag! They’ll be checking IDs and bags at the entrance so you’ll go through faster if you don’t have too much on you.
  • Uber to and back from the Embassy. There’s no parking available at the Embassy and not many spots in the streets nearby. The D6 bus does stop and pick up really close if you want to take public transportation.
  • Be prepared for long lines as you sample food and drink from more than 30 embassies as diverse as Ukraine, Cape Verde, Haiti, Tunisia and Belgium.
  • Stay for the concert! DJ Princess Slaya will spin music from Africa, the Caribbean, Europe, and plenty of destinations in between. The concert is when you stop spending all your time in a line and when the party really gets moving!
  • Bring cash. You’ll get food/drink samples from 7-9PM but it’s cash bar afterwards.

This year’s schedule seems a little more limited than in previous years, but besides the Grande Fête, there are a few interesting events like the Swiss Art Night at Hillyer Art Space, March 26 (6:30-9:00PM – free), Laissez les Bons Temps Rouler, a celebration of Louisiana at l’Alliance Française, March 20 (7PM – $20-$30) or Annecy in DC: a Selection of French Animated Shorts at the French Embassy, March 11 (7PM – free but reservations required.)

Make sure to visit FrancophonieDC.org for more info, including ticket costs, the description of the events and films, and times and locations.

Finding Your Identity at DC’s First Films on the Green

Since 2008, Francophile New Yorkers have been able to enjoy French flicks al fresco through Films on the Green, a free outdoor French film festival produced annually in New York City Parks by the Cultural Services of the French Embassy with the City of New York Parks & Recreation. This summer, they had the opportunity to catch Purple Noon at Central Park’s Cedar Hill, The Women on the 6th Floor and La Haine at Tompkins Square Park, Les Tontons Flingueurs at Washington Square Park and The French Minister at Columbia University. This year, thanks to American University and the Cultural Service of the Embassy of France in Washington, DC, we’re getting our own (shorter) edition of this outdoor French film festival.

French film festival, film francais a washington, outdoor screening

 

On September 4th and 5th, Films on the Green will set ground on the Woods-Brown Amphitheater on American University’s Campus. Both screenings (of All Is Forgiven on the 4th and Tomboy on the 5th) are free, open to the public and centered around the theme of Finding Your Identity. I haven’t seen All is Forgiven, but I have seen Tomboy (which is also available to stream on Netflix). It’s a great but at time difficult to watch film about a little girl who really wants to be a boy (basically…).

zo tout_est_pardonne_ii

 

 

 

 

 

I hope this first edition is successful so we can have an even bigger and better one next year, with more films and more venues! And while we’re on the topic of French films, don’t miss this screening of Alceste A Bicyclette (Bicycling with Moliere) at the Avalon on September 17th. Or I guess you can also just stream it on netflix…